29/03/2013

Pascal Duquenne

 

bannière-pré.jpg




Pascal Duquenne est né en 1970 à Vilvoorde.

Passionné depuis toujours par la danse, le sport, la musique, les arts du spectacle, il a été révélé en tant qu’acteur dans le film «Le Huitième Jour» (de Jaco Van Dormael), au côté de Daniel Auteuil en 1996.

Rôle pour lequel il s’est vu décerner le prix d’interprétation masculine au festival de Cannes.

Depuis lors, Pascal Duquenne s’est tourné vers d’autres arts .

Lors d’une précédente exposition au studio L’Equipe, Il présenta des monotypes sur plaque de cuivre, représentant pour la plupart des portraits de femmes d’une grande sensibilité.

 

La rencontre avec le graveur Jean-Michel Uyttersprot lui permet de créer des gravures à la pointe sèche, présentées lors du parcours»Ici et Là».

 

 

Pascal Duquenne expose au Studio L'Equipe. 

flyerrecto prolongation[1].JPG


19:16 Écrit par Jean-Michel Uyttersprot dans édition 2013, présentation d'artiste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Roger Wolfs

 

bannière-pré.jpg




          L'Homme de dos

 

Wolfs, nous le savions, n'est pas un artiste de l'évidence; c'est un peintre du travail en gestation, du temps suspendu. Les oeuvres qu'il donne à voir cette fois-ci illustrent plus particulièrement cette rhétorique de l'absence, ce refus de la frontalité. Les sujets représentés renvoient-ils dès lors à une révolte, à un refus, à une diversion, à un rejet? Rien de tout cela. L'homme de dos, chez Wolfs, ne tient pas de discours métaphorique. Il n'a aucune prétention à l'éloquence; il est ailleurs, c'est tout. Il ne se détourne de rien, ne nie rien. Qu'il se trouve nulle part n'allège pas la lecture de ces oeuvres énigmatiques. Ce que ces personnages regardent n'est pas visible, sauf à imaginer quelque chose que l'artiste abandonne à la fantaisie du spectateur. A supposer qu'il y ait là plus que des questions volontairement laissées sans réponse.

Les lieux, aussi, sont imprécis, indéfinis, crépusculaires. Faut-il pour autant conclure à la représentation d'une errance, d'un enfermement, d'un abandon dans une pénombre fortuite? Wolfs ne répondra pas, sinon pour nous dire que ce qu'il esquisse dans ses oeuvres sont autant d'invitations à se projeter. On peut dès lors avancer, sans beaucoup de risques, que ces personnages vus de dos questionnent avant tout la position du spectateur. Soustrait à l'évidence du visage, confronté à un discours de l'absence et à une mise en scène ambiguë, le spectateur se trouve embarqué dans un voyage intérieur dont il ne possède pas l'itinéraire. Il ne lui reste que lui-même. Tour à tour philosophe, psychologue et poète, Roger Wolfs est un artiste qui sollicite l'imaginaire de son public. De face comme de dos.



Roger Wolfs expose chez Ann Schoemans et Sophie Collet




-1.jpg



19:10 Écrit par Jean-Michel Uyttersprot dans édition 2013, présentation d'artiste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Irène Sturbelle

 

bannière-pré.jpg




J'aime à Raconter des Histoires.

Je suis Curieuse et Aime à essayer différentes techniques.

C'est pourquoi, je peints aussi sur les Murs et les Objets.

 

 

Irène Sturbelle expose au Studio L'Equipe. 



"Irène Sturbelle est  une femme au caractère enjoué et gourmand de la vie, elle imprègne ses peintures et ses travaux de décoration de ces deux ingrédients vitaux. 

Elle emprunte à son environnement réel, à ses rêves ou à son imagination d' abord le décor de ses tableaux, mais aussi les éléments ou les personnages que lui propose la vie de tous les jours ou les évasions de son esprit.
Elle les insère dans de petites scènes intimes qui mettent l'accent sur les relations harmonieuses qui peuvent régner entre toutes les créatures-  bêtes et gens, nous offrant l'illustration de ce qui pourrait assurer le bonheur de ce monde.

Elle aime la danse et la musique, jazz ou rythmes exotiques; elle aime les gens du cirque,  clowns ou acrobates, et les animaux, chiens et chats, mais aussi,  tout aussi inoffensifs, tigres et éléphants.
Elle a la nostalgie des voyages qu'elle a accomplis et le désir de ceux qu'elle aimerait faire.
Comme elle prend la vie à plein bras,elle jouit des moments de bonheur qu'elle lui offre et s'accommode des contrariétés qu'elle lui impose.

Elle aime peindre des portraits de gens,  d' animaux et de... maisons; elle conçoit des bijoux et des logos; elle produit des illustrations pour des livres et des magasines; elle crée des posters et des cartes de voeux; elle exécute des panneaux décoratifs pour livings ou salles de bain ( ou hall d' aéroport).
Elle est spécialisée en créations picturales en trompe- l'oeil qui agrandissent plaisamment le volume d' un espace.
Elle peint des nus féminins ironiquement ingénus et décemment sensuels.
Elle introduit en tout un clin d' oeil malicieux et une pointe d' humour.
Bref, elle embrasse et enveloppe le monde avec un sourire et une gourmandise sans retenue, même si, occasionnellement, un brin de mélancolie peut être perçu dans un regard rêveur ou une figure solitaire.

Le ton général de ses créations est donné par des couleurs pastels qui semblent perçues au travers d' un voile de soleil: tout est en mineur et en subtilités.
La composition est souvent structurée en un mouvement circulaire, comme une vue d' en haut: les perspectives ne sont pas fuyantes, mais plutôt centrées.
S'il nous fallait déterminer de quel mouvement artistique l'oeuvre d' Irène Sturbelle est la plus proche, un cubisme très atténué dans sa rigueur pourrait être invoqué, mais il faudrait tenir compte également d'une prédilection pour l' art africain ou ethnographique, bien que ceci donne lieu plus à un jeu qu'à une vraie imitation.

Un optimisme tranquille plutôt qu'exalté imprègne toute l'oeuvre d' Irène Sturbelle.
Elle se méfie de l' exubérance tapageuse qui exigerait des couleurs tonitruantes.
Mais si toutes les atmosphères qu'elle évoque sont feutrées, cela n'en signifie pas pour autant qu'elle se complaît dans une contemplation neutre et passive.
Un doux feu couve dans l' intimité de l' espace de ses toiles; sa chaleur est bien plus permanente que s'il se consumait en une passagère explosion qui ne permettrait pas la moindre béatitude."



Wim  Toebosch  

 

Grand match de boxe.jpg

 

 

 

 

décembre 2010 055.jpg

18:59 Écrit par Jean-Michel Uyttersprot dans édition 2013, présentation d'artiste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/03/2013

Ci-dessous, les anciennes éditions

On entend parler d'une exposition bousculante, mirobolante, déménageante, pétillante à souhait... C'est la prochaine édition d'ICI & LÀ, qui s'annonce! Vous en saurez bientôt plus! patience, patience!

teaser-web.jpg

 

Ci-dessous, tout ce que vous pourrez lire appartient aux ancienens éditions de cette exposition hors du commun!

17:36 Écrit par BENOI dans édition 2013 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |